Cheers Friends avec Orel1, NFP, Dj Flow @ Djoon – Paris 24/03/2006

Posted in Clubbing on mars 24th, 2006 by admin

LPR IN CHEERS LAND REVIEW

Cela faisait super longtemps que je n’y étais pas allé (désolé pour les cheersiens qui vont me lire) à une soirée Cheers…RIRES !

Et là, ce soir, c’était particulier : c’est la soirée Cheers Friends.
Cheers est une des plus anciennes soirées dans le temps et LA soirée Garage parisienne animée par Greg Gauthier et Sven Love. Et ses deux fondateurs, non présents ce soir, ont eu comme idée, ce principe convivial d’inviter des dj’s, des amateurs et passionnés de musique Soulful recrutés par un concours sur le forum du site www.cheersparis.com

Et voici les résultats, c’est notre Orel1 national dans la principauté d’UDJ, en état de financier, qui mixera avec également deux autres dj’s connus de par les Cheersiens, les biens nommés NFP et Flow.

Voici pour la petite présentation de ce qui va être ce soir.

Arrivé à près de minuit, l’automobile bien garé près du trottoir, je descends de l’engin motorisé, ravi à l’idée de pouvoir écouter du bon son, danser et tout cela dans un cadre convivial, que beaucoup connaissent, le Djoon ; petit restaurant sans grande prétention faisant club le week-end mais avec un certain succès d’estime.

Arrivé devant l’édifice, tout près de la porte, je suis accueilli par un colosse d’ébène, très sympathique avec sa casquette vissée sur la tête, à la façon Todd terry.
“- Bonsoir messieurs (il y avait quelqu’un à coté de lui Nasa’yah peut être).
– Bonsoir.”

On m’ouvre la porte et je me retourne en demandant :
“- Et pour la caisse ?
– Il n’y a pas de caisse pour l’instant. Revenez plus tard.”

Je compris que c’était gratuit pour moi et pour la trentaine de personnes qui étaient entrées avant moi, très sympathique.

Une fois rentré dans le Djoon, ma mission était de chercher des membres de la famille UDJ.
Personne à la mezzaninne, je descendais les quelques marches menant au dancefloor central et je ne reconnaissais personne…qu’importe !
Cela va être une bonne soirée.

Je me dirigeais vers le bar pour commander un verre de jus d’Orange pour rester en forme pour la soirée. Même si cette dernière n’avait toujours pas commencé alors qu’elle aurait du débuter à partir de 23h30.
En attendant, je me suis décidé à m’installer sur un de ces canapés confortables en position détente. Il était jaune et était placé près des toilettes, à la hauteur du vestiaire.
En sirotant ce jus de fruit, il y avait un fond sonore où je commençais à remuer mon pied et surtout mon coeur. Le fabuleux “Pienso en Ti” de Luis salinas produit par les MAW…magnifique.

Et puis arrive quelqu’un que je connais : So Deep.
On commence à discuter du site, de lui, du site d’Orel1 tandis que la soirée était lancée par un mix d’un dj avec le son plus fort. Mais So Deep est connu alors attention, entre deux mots, des bonjours par ici, des bises par là, il me présente à quelqu’un entre deux, un Dj mixant le soir même, sous le nom de NFP. So Deep n’a pas arrêté de lancer l’admiration sur ce petit homme d’une vingtaine d’années, qu’il est vrai a voyagé et m’a fait voyager à travers ses récits : Body & Soul à la bonne époque du club Vinyl à New York ou un dancefloor connaisseur au Yellow club à Tokyo.

Tandis que dans nos oreilles, cela mixouillait très propre, j’ai entendu le Bibi « Violons” pour de la promotion car ce titre est toujours à la recherche d’un label, alors qu’il est d’une grande qualité.

On s’est tout de même décidé à bouger hors de ces canapés moelleux avec So deep, pour aller voir le premier dj en plein, qui n’était autre qu’Orel1.

Pourtant, la petite table coincée dans l’angle gauche avec les platines n’était pas là. Je levais les yeux en hauteur et j’ai pu découvrir…Orel1 mixant juste sous le plafond au dessus de la réserve du Djoon.
Etrange mais soit.

Question son, Orel1 mixait d’une façon écléctique avec des nouveautés, des choses plus anciennes. Et même s’il en a marre de Quentin Harris, il en a mixé (son remix pour Solu music est d’une grande qualité), puis le roots dub du “Get’s jazzy” de Mr V et Louie Vega, de la deep, du garage, de la soulful. En clair, un  très joli set et en plus, il s’est fait plaisir avec les filtres de la DJR 400.

NFP a repris à partir d’1h30 et est parti un peu plus garage à la façon Cheers, alternant des titres de pur garage, quelques classiques comme le nightcrawlers”Push the feeling on”remixé par Marc Kinchen ou le “unchain my heart” de Toni Braxton remixé par Frankie Knuckles. Et cela m’a fait un bien fou de réentendre notre Bob Sinclar national se faire soulfulisé par Astrotrax sur “I feel for you” (surtout que je le cherche toujours en vinyl).

Mais il a surtout fait une superbe transition où So Deep est passé en transe…..un morceau en descente où il ne restait que des nappes et des solis de clavier en folie par dessus. Et où le dj Parisien faisait monter la sauce en lançant de temps à autre le pied du morceau suivant, superbe !

Voici sa playlist reprise sur le forum de Cheers pour les connaisseurs :

platinum doll – believe in a brighter day (musto)
juliet robert – caught in the middle (roger s)
eve – strong man (simonelli)
david banks project – good lovin (dj disciple/robbie rivera)
joe vanelli – voices in harmony (jtv mix)
danni’elle gaha – stuck in the middle (roger s)
// // – // // (roger s preston)
house foundation – feel it in my soul (deep zone)
deep zone – It’s Gonna Be Alright
kerri chandler – the boom can
deep inside – today (kerri chandler)
ja’shay – shout hallelujah (musto)
diva of colors – one more time (grant nelson)
fingers – dead end alley (roger s)
nightcrawlers – push the feeling on (MK)
bob sinclar – i feel for you (astrotrax)
toni braxton – un-break my heart (frankie knuckles)
niceguy soulman – feel it (roger s philly)
swing kids – good feelin (k dope/todd terry)
moods of madness – get yourself together
stargaze – you can’t have it (humphries)

Entre temps, Orel1 était descendu de son perchoir pour que l’on puisse discuter ensemble, de tout et surtout de musique. Et l’explication, du fait qu’il soit là ce soir, c’est que sur le forum Cheers, ils avaient lancé un concours en faisant remplir un CV où les trois dj’s de ce soir étaient les trois dj’s gagnant le droit de jouer à la Cheers Friends, voilà.

Et le son était là haut car Greg et Sven étaient à Miami et Fabrice, apparemment celui qui s’occupe du son, n’était pas là non plus. Le son est donc resté là haut.

Entre temps, j’ai aussi fais la connaissance d’un autre petit jeune, P-E, très sympathique, se définissant un peu timide mais clubber régulier et appréciant le plaisir du son jumelé à la danse.

Flow pris derrière NFP et lui a envoyé du garage happy et clubby, plus punchy avec des producteurs comme Marc Pomeroy et Brian Tappert  sous pseudonyme Jazz N’ Groove.

Mais il a également mixé des classiques, d’à mon avis, son chanteur de Garage préféré : Byron Stingily. On a eu droit au “Sing a song”remixé par Mousse T, ”Club stories” et d’autres.

Donc une pure Cheers avec de la jeunesse mais avec le même état d’esprit, les house breakers et même avec un trio de danseuses (je soupconnerais qu’elle prenne des cours de hip hop ou a Deepside l’école de danse du Djoon), enfin une bien belle soirée.

On remet cela quand ?

A 4 heures,  j’étais fatigué car j’ai presque fais le tour de la pendule, étant levé à 5 heures, il est tant de repartir. Je dis aux membres et aux connaissances « Au revoir”…So Deep était déjà parti vers 3h.

Alors le Djoon on se revoit bientot.
Et Cheers…OOOOOOOHHHHHHH YYYYYYYYEEEEEAAAAAAHHHHHHH !

 

LPR QUIT CHEERS LAND WITH THE REVIEW & THE SMILE.

Tags: , , , , , , , , , ,

Groove Committee avec Nick V & Mandel Turner @ La Scene Bastille 10/03/2006

Posted in Clubbing on mars 10th, 2006 by admin

Review

En ce qui concerne la soirée, très groove dans l’esprit Nick V commence dans la soul, funk disco avant d’en arriver à la house & garage et de laisser sa place à Mandel qui nous gratifie d’un set entre deep et nouveautée garage, manque de bol pour moi je vais au toilette au moment où Mandel balance son dernier morceau “Celebrate” (une production de Franck Roger) pour le chanter en live Il finit par des titres très “church attitude” et Nick V reprend les platines pour continuer dans les titres gospel house…

Orel1

Tags: , , ,

Sweet & Deep avec Léa Lisa, Dj Rork featuring Lady Bird, Sebastien Dhajje, Saxophone & Percussion by Remy Bousseau @ Djoon – Paris 04/03/2006

Posted in Clubbing on mars 4th, 2006 by admin

Review by LPR

Et oui revoilou LPR en reporter pour la suite des évenements.

Petit rappel, j’étais (avec une partie de la famille UDJ) à la soirée SOULFUL MUSIC à l’Etage avec Doctor Bee et Gerald C.

L’autre soirée en question est surtout vers un lieu qui est inconnu de mes propres yeux, mais désiré, envié, rêvé et vanté par beaucoup d’entre nous : Le Djoon.

Le club est situé sur le boulevard Vincent Auriol, presque en dessous du pont aérien traversé par un métropolitain bondé de gens pressés et de voies de chemins de fer sur le côté de la SNeCeFe.

Pendant une partie de la soirée, Orel1 parlait qu’il irait avec son ami James.
Je lui ai dis :
“Ne me tentes pas !”

Fin de la soirée à l’Etage, les deux amis m’ont convaincu en prônant l’excuse que je sois venu en célibataire, cette fois-ci. Je me laissais tenter.

Mais je devais avant tout remplir la mission de retrouver ma propre voiture perdue dans les rues de Paris. Je ne savais pas où j’avais la tête puisque cela ne m’était jamais arrivé. Merci à Orel1 d’avoir bien voulu jouer au taxi de rapatriment vers les véhicules oubliés par leurs propriétaires.

Une fois monté à son bord, il fallait suivre la toto mobile du sieur Orel1, jusqu’à Bercy. Arrivé vers le lieu, il me facilite la tâche de repérage de place en allumant ses feux de détresse avant que je ne perde mon véhicule une fois de plus.

Une fois garé, je sors de ma fiestouf mobile et là le choc. Je ne pensais pas que le lieu était vraiment en plein milieu de tout un paysage, plutôt industriel, au lieu de la tendance chic et tendance en provenance du centre de Paris la magnifique. On arrive devant le club au croisement du boulevard et de la gare de triage de Bercy.

Le Djoon, j’en avais tellement entendu parler, que je ne savais plus à quoi m’attendre mais surtout je pensais à quelque chose de bien.

Après la découverte de cette situation étrange mais super agréable, il y avait juste un gros colosse de couleur marbré posté en amont pour accueillir les clients avec le sourire. Greg Gauthier était à la porte (on dit “Bonsoir” en serrant les mains de chacun) en train de penser peut être au succès de ce lieu à venir. Et derrière un rideau de type théâtral tendu au plafond, on nous demanda si nous étions sur la guest list.
Nous répondîmes « Non » et elle nous dit d’une voix charmeuse :
“C’est 10 euros pour ce soir.”
C’était de l’argent tendu de la main à la main sans fioriture, sans caisse extravagante, ni file d’attente, sympa !
L’entrée se fait  sur le même plan que la porte d’entrée, le bar étant sur le plan gauche, contre la vitrine donnant sur l’extérieur.
Sur la place principale en haut de la mezzanine, des House breakers s’en donnent à coeur joie dans leurs mouvements rythmés au fil de la musique, une deep house teintée d’eléctro et tapage à notre entrée.

Quelques marches nous séparent du vestiaire, une simple porte donnant sur un cagibi,  avec des cintres et une jolie demoiselle (encore une) dedans.

On redescend les quelques marches et après la partie mezzanine sur le côté,  j’ai crû à des espaces VIP. Ce n’était que des espaces de détentes pour tous, tranquille.
Quelques marches plus bas, voici le dancefloor…minuscule.
Je ne m’attendais pas à cela…moins de 200 personnes étaient dessus, même s’il est vrai qu’il était 2h30 passé.

Mais il y avait surtout une bonne ambiance, un son clair, on y dansait et  on pouvait même y parler en même temps avec Orel1 des morceaux, du lieu, sans pour autant crier pour s’entendre !
La décoration est très légère, doté d’un rideau de scène au fond servant à cacher la réserve, des peintures d’alcôves et de colonnes typées romaines sont peints sur les murs et une réprésentaion très libre d’inspiration de Michel- Ange (si je n’abuse) au plafond !

Neil Aline étaient aux platines à notre arrivée. Pour rappel, il est le boss du label Américain Chez Music.
Il distillait de tout, mais surtout du tapage, avec une bonne retrospective de la old school nation comme un Larry heard de l’époque, avec juste des boites à rythme et des séquenceurs de basse, les fameuses machines roland TR 909, TR 808 et TB 303, accompagnés de  quelques gimmicks de voix. Un manu dibango remixé par les MAW, de la house tappage, dubby, éléctronisante et répétitive, puis plus deep ; il est assez écléctique ce garçon.

Première émotion, les platines sont à 5 cm de mes yeux (en tout pionner, DJM 500, 2mk2 cdj ainsi que 2MK2 technics) juste alignés sur une table sans scène, sans surélévation, comme à la maison. Puis, il y a avait un autre Dj mais je n’ai pas su qui il était.

Dj Rork vient dans la place.
Après une petite accolade et une embrassade de respect avec Neil Aline, c’est Full Garage aux platines, avec un titre sur Sole,  Homecookin ’”Do What You Wanna” et d’autres morceaux qui nous ont bien fais danser sur la piste. Même s’il ne restait qu’une cinquantaine de personnes.

Je bouge mon popo sur ses rythmes mais je bouge aussi mon cul pour aborder Dj Rork et lui poser une question de curiosité et fatidique :

“-Excuse moi je voulais te demander une petite info ?
– Je t’écoute !
– Je voulais savoir quand est ce qu’il allait sortir l’album des Soldiers ?
– J’aimerais bien moi aussi…”

Oups,  je me suis dis merde, ce n’est pas Dj Rork !

Et bien si :

“- L’album est fini mais il nous reste à voir des petites choses avec le label
– Une date tout de même ?
*ATTENTION REVELATION
– Je ne peux pas te dire avec ces histoires mais peut être à l’été (avec le sourire, dirait-on presque heureux qu’on lui pose la question).
– Je te remercie (avec le pouce en l’air) ! »

En fait,  je pense que cela va sortir chez Serial en France mais d’après ce que j’ai compris, c’est au niveau de la distribution, qu’ils sont en pourparler (peut-être pour une distribution en dehors de la france). Voilà, Rork est un Dj abordable, souriant,  jouant du bon son.

Changement de Dj, le dernier pour la soirée, c’est Sébastien Dhajje. Il a commencé son set dans l’esprit full garage classics.

Pour ma part, il est 4h30. Je dis au revoir à Orel1 et à James en les remerciant de m’avoir fais passer une excellente soirée dans le Djoon que j’ai pu enfin découvrir et où il y règne vraiment une bonne ambiance de danse mais sans l’esprit du clubbing de masse.

Retour dans la fiestouf et je m’en vais, pour cette fois.

Fin du reportage de soirée intégrale du 4 fevrier 2006.

Amicalement.

LPR

Tags: , , , , , , , , , ,