Deep Is Our Soul (DIOS) avec les dj’s Jedset, Floy, Polem, LPR (Dj’s set), Logan Dataspirit & Wumm (Live) @ 4 Elements – Paris 15/09/2010

Posted in Clubbing on novembre 9th, 2010 by admin

LPR IN HOUSADICTION’S PARTY

En ce mois de septembre, les petits enfants sont déjà rentrés à l’école. Les soirées Deep Is Our Soul (DIOS pour les intimes) en font autant, en reprenant du service en ce mercredi 15 Septembre. Depuis l’avant Soulful Meeting, le rendez vous était déjà prit par plusieurs acteurs et finalisé en bord de méditerranée, à coup de boissons fruités, alcoolisés et de doigt cassé.

Le rendez vous est prit pour 18 heures aux 4 Éléments à Paris, alors que la soirée ne commence qu’à 21 heures. Il faut au moins cela pour installer tout le matériel à mettre en place pour cette fabuleuse soirée. Et c’est surtout le duo Wumm, incluant Kya et All Over qui vont prendre le plus de place. Deux ordinateurs portables avec une pomme croquée dessus, deux déclencheurs de son, deux tablettes tactiles  et une DJR 400 placé en plein milieu des protagonistes. Une heure plus tard, les Wumm, le Soulheater Jedset, le Breton Parisien ou le Parisien Breton Logan Dataspirit, le web designer et dj, Polem et moi même, LPR, sont enfin réunis. Il ne manque plus que monsieur doigt Floy cassé (c’est con pour les tams tams).

Une heure plus tard, tout le monde est enfin réuni. Mais il faut encore du temps, pour que certains puissent paramétrer toutes leurs machines correctement. Qui des Wumm ou de Logan aura fini à temps ? La question nous amène dans tous les cas, à une réponse très rapide sur ce que nous allions manger : une restauration rapide d’origine Franco-Belge nous ouvre les bras, en peu de temps.

Après l’avoir avalé, nous repartons en deux groupes distincts (puisqu’ils y avaient des retardataires) jusqu’à notre nouveau repaire nocturne. Et à 21 heures, passées de quelques minutes, Jedset  lance son premier disque, dans un style un peu différent de ce qu’il joue régulièrement. C’est parti, la nouvelle soirée DIOS est lancée.

Quelques personnes sont déjà présentes dans le bar/club, tandis que Jedset envoie de la House Funky, en provenance tout droit de l’équipe du label Suisse Purple Music. Tandis qu’il se balade dans ses disques qu’ils croisent et décroisent avec dynamisme, je fais le tour du propriétaire. Comme cela est ma toute première fois dans ce nouveau lieu, je vais décrire quelque peu ce qu’est le 4 Éléments.

Sur une devanture au ton gris clair s’affiche une baie vitrée teintée de blanc. Une écriture sous forme de stickers indique la désignation du lieu « Cocktail Bar », collée en dessous de 4 formes rondes et géométriques. On retrouve ces ronds au dessus de la porte d’entrée, avec des formes colorisées, représentant les 4 Éléments, le nom du bar/ club.

La porte d’entrée extérieur amène à un sas, d’où les cercles s’affichent encore mais sous forme de diodes électroluminescentes multicolores. Grâce au système de sas, les voisins sont moins gênés par la musique, à chaque ouverture de porte. La seconde porte amène réellement à la salle principale.

La représentation de l’enseigne commence à faire son chemin visuellement. Chaque cercle correspond à une pièce et chaque couleur correspond à un élément : le vert pour la terre, le rouge pour le feu, le bleu pour l’eau et le blanc pour l’air.

Le premier élément que l’on trouve dans le bar en y entrant, est le feu. C’est la salle principale avec un bar occupant la moitié de la pièce, transpercé par une colonne. La teinte rouge y est agréable et évolutive, en même temps qu’une lumière jaune s’installe à la hauteur du buste jusqu’aux baskets. Dans la salle, deux grosses colonnes teintées de rouges sont posés en face du bar au centre de la pièce, entourée par des sièges transparents et design. Derrière, une cabine dj prend toute la longueur de la salle, séparée par une vitre et un bandeau lumineux en partie basse.

Juste devant cette cabine, un escalier descend vers un espace bleuté. Il amène au second élément, l’air, sous forme d’une salle fumeur, avec une extraction. Je n’apprécie pourtant pas la cigarette, mais je dois dire que la salle est joliment décorée, avec un écran, des sièges tendances et des enceintes retransmettant le son sortant de la table de mixage.

Un bol d’air plus loin sans extractions, le retour au rez de chaussée, m’amène aux deux autres éléments restants. La terre est accessible via un nouveau sas. Il est formé d’un espace cosy et confortable, via une énorme banquette circulaire sur laquelle il est possible de s’allonger et de poser son verre en son milieu, via un support dédié. Un parfum boisé y est diffusé, une plante verdâtre positionné en hauteur, entourée d’une lumière verte complète le visuel de cette salle aux larges stickers floraux, éclairé d’un téléviseur par intermittence, plongeant la salle dans une ambiance de détente, avec un fond sonore grâce à la multi diffusion (mais en moins fort dans cette salle). Le dernier élément étant l’eau, on le retrouve dans la pièce d’à côté, les toilettes. Mais ce sont des toilettes un petit peu particuliers, puisqu’ils sont très accueillants, chose rare dans ce genre de pièces. De larges stickers représentant l’eau sous forme de goutellettes s’affichent sur les murs, du sol au plafond, tandis qu’une lumière bleutée nous permet à peine de voir où uriner,  dans un espace souterrain masculin. Il faut ensuite  plonger les mains dans une large vasque commune aux multiples robinets pour se les nettoyer ou se rafraîchir. C’est la seule pièce du lieu qui ne possède pas d’enceintes, pour avoir au moins, un moment de tranquillité dans cet espace.

Le tour du propriétaire est effectué, je peux donc revenir près de la cabine Dj pour soutenir mes petits camarades du son. Je reviens lorsque Logan, représentant Parisien du collectif  Breton Dataspirit, prépare ses machines à l’envoi de son live, en version non censurée. C’est une petite histoire relative au Soulful Meeting version 2010, donc allez voir la review de cet évenement.

Seul en face de son ordinateur portable et de son logiciel surpuissant, il enchaîne les atmosphères deep, mélancolique et un peu plus mouvementé pendant près d’une heure. Un live différent du Soulful Meeting version 2009, avec des nouveaux morceaux (même si certains ont été testés lors de la soirée Hed Kandi en Belgique quelques mois plus tôt), des anciens et même de l’exclusivité avec un remix de « Still » du duo Wumm, tout juste terminé.

Malgré le programme initial où votre serviteur devait mixer, coincé en sandwich entre les deux lives, il est changé, d’un commun accord, pour enchaîner avec le second live, celui des Wumm. Juste avant de rentrer en scène, une petite collation est prise dans la bulle verte de la terre, allongé dans les sièges, en compagnie du duo.

Employant une configuration identique à celle employée pour le Soulful Meeting, les deux compères distillent toujours une house teintée de plusieurs influences, mais avec toujours un fil conducteur : Deep, comme les soirées Deep Is Our Soul. 45 minutes durant, le duo Parigo-Lyonnais enchaînent sur leurs dernières nouveautés, tout droit sorti de leur album promo de cette nouvelle année.

Le changement de programme s’opère jusqu’au bout, puisque Floy reprend les platines et mixe au tempo à la fin du live des Wumm. A sa reprise du contrôle du son, Floy injecte des rythmes africians dans son mix, lorgnant vers l’Afro-beat et déviant même jusqu’à ce fameux style dont il parlait : le Kuduro. Une musique rapide, entraînante, vibrante même, ne laissant pas indifférent certaines filles, qui se secouent le bassin en rythme.

Le plaisir passé, il lâche les platines sur un rythme un peu plus binaire avec le remix de Mr V du « Bien profond » sur lequel je reprends l’exercice du mix. En utilisant beaucoup de vinyls, le mix s’opère avec plus ou moins d’aisance ou de difficultés c’est comme vous le voulez. Mon histoire se place dans un contexte mondial. Des disques d’occasion récupérés dans des boutiques de par le pays, des productions anglaises, Françaises ou Américaines, tantôt deep, tantôt plus énergique, mais certainement Deep et Underground.

Et lorsque l’ami Polem rentre en scène, pour le dernier relai, la spontanéité nous prend. Ayant branché son ordinateur portable et sa petite console Hercules, un mix à deux dj’s, un exercice que je n’avais pas fais depuis longtemps se met en place. Il y a la possibilité de mixer de 2 à 6 disques en même temps (Traktor de Polem, 2 Cdj et 2 Mk2), avec notre ressenti, nos émotions et nos gestes énergiques et frénétiques.

Plus qu’un simple set ping pong, le mélange s’opère entre Polem et moi. Une fois de plus, le son que nous amenons est différent de ce que nous amenons régulièrement. Les atmosphères Soulful et vocale ont laissé place à des disques plus instrumentaux, plus expérimentaux mais aussi beaucoup plus hypnotique. Les disques se superposent plus qu’ils s’enchaînent, les couches sonores se confondent et on ne sait plus, qui du Dj originaire de Besançon ou votre serviteur, mixe et avec quelles sources sonores. La magie opère, le moment très éphémère mais spontanée entre nos deux influences, nos disques et nos références amènent un nouveau jeu qui suit le ping pong. Polem mixe ses disques et moi, je les complète ou les agrémente, de quelques boucles, quelques sons ou quelques accapellas placés ici et là.

Nous sommes dans la nuit du mercredi au jeudi 15 Septembre, il est 1 heures et je décide d’en arrêter là, puisque je me lève dans 5 heures. Je laisse le Dj, anciennement chez Paris One Deeper, continuer seul aux platines des 4 Eléments jusqu’à la fin de cette nouvelle Deep Is Our Soul. Une bise à chacun des membres du collectif et je pars, ravi de cette soirée, placé sous l’idée de la différence. Et pour un mercredi soir, le public a suivi (merci au réseau de Logan, Polem et des Wumm…..ils ont un sacré réseau) cette soirée, ces artistes, dans une bonne humeur, un bon esprit, des artistes qui se font plaisir en intégralité et sans censure, dans un lieu accueillant, agréable pour partager avec ce fameux public, venu en nombre.

LPR qui attend la prochaine DIOS pour remettre cela, avec la petite bande musicale qu’il affectionne avec passion et respect.

Tags: , , , , , , , , , , ,